Rapport d'activité 2018-2019

Image

 

VIE DE LA FÉDÉRATION

• Adhérents

Suite à une première campagne d’adhésion lancée durant l’été 2019, 124 adhérents ont rejoint la Fédération de l’Art Urbain à ce jour. La Fédération regroupe environ 50% d’artistes, 44 % d’associations et 6% d’autres structures non associatives ou professionnels du secteur de l’art urbain.

• Organisation du travail au sein de la Fédération de l'Art Urbain

Afin de structurer la Fédération et d’assurer sa coordination, la Fédération a effectué une création de poste à temps plein attribué à Cécile Cloutour. Ce poste permanent a été soutenu de manière bénévole par le Bureau, avec notamment la disponibilité quotidienne du Président Jean Faucheur, de la secrétaire Chaima Ben Haj Ali et de la trésorière Christine Jugla.

La Fédération a également bénéficié de l’aide de plusieurs de ses adhérents, pour mener plusieurs missions concrètes concernant la communication et certains aspects juridiques , mais aussi la préparation et le bon déroulé des rencontres du 24 octobre et des Assemblées Générales du 25 octobre 2019.

• Soutien du ministère de la Culture

La Fédération de l’Art Urbain a pu voir le jour grâce au soutien financier de la Direction Générale de la Création Artistique du ministère de la Culture. L’obtention d’une première subvention de 49 000 euros a permis une embauche salariale et le lancement de plusieurs projets.

• Activités

Suivi d’événements culturels d’art urbain : soucieuse de la diversité des événements consacrées à l’art urbain sur le territoire français et à l’étranger, l’équipe de la Fédération a suivi plusieurs événements culturels de septembre 2018 à juin 2019, en particulier :

Depuis sa rentrée en août 2019, la Fédération a assisté à plusieurs autres événements culturels, avec notamment :

RENCONTRES

De septembre 2018 à juin 2019, l’équipe de la Fédération a rencontré des acteurs de projets culturels, avec parmi eux :

des artistes : Aleteïa, Alias Ipin, Anton, Arkane, Asto, Brez, Cart1, Enaer, Faust, Pascal François, Romain Froquet, Nicolas Gzeley, Hien, Jef Aérosol, Grégory Jubé, Le Module de ZeeR, Monsieur Plume, Nubian, Ogreoner, Ose, Poch, Polar, Poter1, Primal, Reso, Sifat, Siko, STF Moscato, Teurk, Thom Thom, Zicho…

des chercheurs et universitaires : Isabelle Cuoco – élève conservateur-restaurateur du patrimoine à l’Institut national du patrimoine ; Thierry Dufrêne – professeur d’histoire de l’art à l’université Paris Nanterre; Lisa-Clémentine Guillou – élève conservateur-restaurateur du patrimoine à l’Institut national du patrimoine ; Vittorio Parisi – docteur en esthétique et auteur de la thèse : Le graffiti writing et le street art entre non-lieux et lieux communs : un changement de paradigme.

des structures associatives : Art Azoï – Elise Herszkowicz ; Art en Ville – Olivier Landes ; Artivism Contemporary Art – Stéphane Chatry ; Juxtapoz – Karine Terlizzi et Charlotte Pelouse ; La Maison des Artistes – Antinéa Garnier ; Le M.U.R. – Bob Jeudy ; Le M.U.R. 93 – Nicolas Obadia ; LineUp – Keini Liguagua, N’jinga Falorca Teodoro et Lodi Lebon ; Ouvrons le champ des possibles – Vince ; Planète Émergences – Caroline Séguier ; Plus de Couleurs – Sarah Joseph-Jacques et Antoine Sirizzotti ; Superposition – Orbiane Wolff et Stéphanie Meyer.

des galeries : Galerie Mathgoth – Gautier Jourdain ; Galerie Nicolas Xavier – Nicolas Xavier.

des fédérations : Fédération des Arts de la Rue – Laetitia Lafforgue et Alexandre Ribeyrolles ; FAMDT – Fédération nationale des acteurs et actrices des musiques et danses traditionnelles – Nathalie Dechandon et Alban Cogrel.

des institutions publiques : le CNAP – Centre national des arts plastiques – Philippe Bettinelli, conservateur du patrimoine, responsable de la collection arts plastiques [1961-1990] et référent art public ; l’École Supérieure d’Art et de Design Marseille-Méditerranée – Pierre Oudart); le Musée national d’art moderne du Centre Pompidou – Sophie Duplaix, conservatrice.

d’autres professionnels et structures culturelles : l’ADAGP – Johanna Hagège ; Fresh Street Art Tour Paris – Bénédicte Pilet ; Le Grand Jeu – Christian Omodeo ; Morgane Leluc, chargée de coordination et de productions de projets artistiques ; Inouk Moncorgé, ancien directeur général de la Société de la Rocade L2.

Depuis la rentrée de septembre 2019, la Fédération a mené de nombreuses autres discussions avec ses adhérents (artistes, associations, autres professionnels et structures privées). Elle est également allée à la rencontre de représentants institutionnels et professionnels du secteur culturel, avec parmi eux :

des collectivités territoriales et des représentants de l’État : DRAC – Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne – Olivier Lerch, conseiller arts plastiques ; Mairie du 13 arrondissement de Paris – Jérôme Coumet et Catherine Weigel-D’Angelo, maire du 13e arrondissement de Paris et chargée de mission ; Ministère de la culture de la Sarre en Allemagne – Patrick Jungfleisch, Affaires internationales européennes de la Culture ; Nantes Métropole – Amélie Ranty, responsable de la mission Art dans l’espace public; Rennes Métropole – Fatima Sahli et Rachel Fourmentin, direction.

• des fédérations : le CIPAC – Fédération des professionnels de l’art contemporain – Xavier Montagnon, secrétaire général ; la FEDELIMA – Fédération des lieux de musiques actuelles – Hyacinthe Chataigné et Benjamin Fraigneau, coordinateur de l’observation et des études et coordinateur de l’information et de la valorisation de la Fédération

des chercheurs et universitaires : Aude Lesaux, sociologue, en cours de rédaction d’une thèse sur l’art urbain visible à Montréal et Rennes ; Julie Vaslin, docteure en science politique et auteure d’une thèse en sociologie de l’action publique intitulée Esthétique propre. La mise en administration des graffitis à Paris de 1977 à 2017.

• d’autres professionnels et structures culturelles : Artcena – Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre – Gwenola David, directrice générale ; Arty Show – Caroline Wils, fondatrice.

DOCUMENTATION

Dans un soucis d’alimenter la connaissance sur l’art urbain, la Fédération a centralisé un certains nombres d’ouvrages et des recherches scientifiques, aujourd’hui disposés dans les locaux de la Fédération.

COMMUNICATION

• Diffusion

À la suite de la réalisation de l'Étude sur l'art urbain commandée par le ministère de la Culture et réalisée par l'association le M.U.R., la Fédération a reçu une autorisation de diffusion par l'association le M.U.R.. Une campagne d'envoi par mail auprès des acteurs du milieu de l'art urbain a été lancée.

• Création du site internet

Afin d’assurer une visibilité de la Fédération, un site Internet a été créé à l’adresse : federationdelarturbain.org. Ce site intégré par Mectoub’ est une première étape et présente de manière synthétique la Fédération de l’Art Urbain, sa structure et ses premiers chantiers.

• Présence sur les réseaux sociaux

Une page Facebook a été créée et permettra prochainement une prise de contact plus libre avec la Fédération de l’Art Urbain.